création

Quelle assurance choisir pour son e-commerce ?

Caroline Bladier

Après plusieurs années dans le monde de la grande distribution, je me suis ré-orientée vers le e-commerce depuis 3 ans. En véritable passionnée, j'apporte mon savoir et mes connaissances sur E-commerce Nation.

Le marché de l’e-commerce fait face aujourd’hui à de multiples risques et menaces, il est donc important de savoir comment choisir la bonne assurance qui limitera les pertes pour le e-commerçant. Nous allons dans un premier temps s’arrêter sur les différents types de menaces et d’attaques propre aux e-commerces. Nous verrons ensuite qui est responsable suivant les cas de figure. Et pour finir, nous vous donnerons des conseils et exemples sur les assurances pour e-commerce à privilégiées.

Quelles sont les menaces ?

La France se situe en deuxième position des pays sujets aux plus grandes tentatives de fraude en ligne, juste derrière les Etats-Unis. Cela représente en moyenne pour le e-commerçant une perte de 1,5 % à 2% de son chiffre d’affaires. Au delà des fraudes classiques comme la récupération de données des cartes bleues, il existe d’autres risques. Notamment les marchandises perdues ou volées ou encore l’arrêt momentané de votre e-commerce par un problème au niveau de l’hébergement.

Voici une infographie présentant en chiffres les attaques qui touchent les e-commerces.

Assurance e-commerce

Autant de risques qui peuvent faire perdre la confiance des e-marchands auprès de leurs e-commerçants.

Mais en réalité quels sont les responsable lors de tels incidents ?

 

Qui est responsable ?

Si la marchandise est endommagée ou perdue c’est l’assurance du transporteur et non du e-commerçant qui prend en charge le remboursement de la marchandise avec un plafond de 750€ par colis. Pour en savoir plus sur ce cas de figure, nous vous invitons à lire notre article sur la marchandise perdue ou endommagée.

Pour les fraudes, par exemple les fraudes à la carte bancaire, si votre site est équipe de la 3D secure vous n’êtes pas responsable des fraudes et vous serez dans tous les cas payés par votre banque s’il y a un problème avec un client fraudeur. Dans le cas où votre site n’est pas affilié à la 3D secure, le client peut se retourner contre vous et vous attaquez en justice.

Enfin si le problème vient de votre hébergement, il existe deux cas de figures. Soit vous confiez vos serveurs a un hébergeur privé, comme OVH ou ITS, et dans ce cas l’hébergeur est l’entier responsable de l’arrêt momentané de votre e-commerce. Dans le cas où vous hébergez vous même vos serveurs, alors vous êtes le seul responsable de tous les problèmes techniques.

A la vue de ces cas de figure, autant s’armer d’avance et choisir la bonne assurance. Mais donc laquelle choisir ?

 

Quelle assurance choisir ?

Les e-commerçants sont sous le régime auto-entrepreneur ou sous le statut d’entreprise individuelle. L’assurance civile professionnelle de celui-ci va le couvrir pour tout problème concernant son produit, par exemple si il est défectueux.

Mais il est très recommandé de compléter l’assurance civile professionnelle par une assurance protection juridique dans le cas où il y aurait un quelconque litige avec un client ou encore un fournisseur.

Enfin, il faut aussi penser à votre marchandise si vous la stockée dans vos propres locaux et dans ce cas il faudra souscrire une assurance pour ces locaux. Je vous invite à consulter notre article sur les bénéfices de faire appel à un e-logisticien et ainsi cela vous permettra de ne pas avoir à faire appel à ce type d’assurance.

Pour trouver l’assurance qui convient le mieux je vous invite à faire appel à un comparateur d’assurances. Le mieux étant les comparateurs d’assurances indépendants et donc qui n’ont aucun lien avec des compagnie d’assurances. Par exemple, Le Comparateur Assurance.

 

Comme vous avez pu le voir, toute personne qui souhaite ouvrir un e-commerce doit réfléchir à quelle assurance choisir en fonction de plusieurs critères (produits, logistiques…). Même si l’assurance civile professionnelle semble à première vue vous protéger de biens des litiges. Il est tout de même nécessaire de comparer différents systèmes d’assurances et souscrire celui qui correspondra le mieux à votre activité.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Delphine

    6 septembre 2016 at 11 h 38 min

    Bonjour et merci pour cet article. Je me permets de réagir afin que personne ne soit induire en erreur. En effet, l’affirmation selon laquelle « Les e-commerçants sont sous le régime auto-entrepreneur ou sous le statut d’entreprise individuelle » est fausse. Evidemment qu’une société peut créer et gérer un site ecommerce.
    Il y a d’ailleurs dans cette phrase citée un mélange entre le statut juridique de l’entreprise (entreprise individuelle, SARL, EIRL, SAS …) et le choix d’un régime fiscal et social (ex « auto entreprise » renommée désormais « micro entreprise » dont les cotisations sociales, les obligations comptables etc. … diffèrent du régime du réel par exemple). Un entrepreneur individuel peut opter pur le régime micro (ex autoentrepreneur) mais il peut aussi opter pour un régime « normal » réel d’imposition des bénéfices et aussi être soumis à la TVA.
    Cf. les sites officiels des impôts, du RSI ou celui très bien fait et pédagogique de l’AFE sur la création et la gestion de l’entreprise.

    Cela a une incidence au niveau de l’assurance en ce qu’une entreprise individuelle se confond avec la personne physique qui l’a créée et la gère alors que’une société a une personnalité morale distincte (de son gérant notamment).

    Cela n’enlève rien à l’utilité de cet article et il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne risquent pas de se tromper, surtout que c’est un sujet complexe. Encore merci donc pour celui-ci.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top