Parce que le commerce en ligne se développe peut-être plus rapidement que le commerce classique en boutique et point de vente physique, parce que les acteurs sur ce marché du e-commerce sont de plus en plus nombreux, il est devenu intéressant de se pencher sur les attentes des e-commerçants vis-à-vis du prochain Président.

De toute évidence, tous les acteurs de l’économie française sont concernés, mais force est de constater que ceux du monde de l’Internet sont au cœur de tous les enjeux. En effet, tous les candidats qui briguent l’Elysée et qui inondent les médias actuellement proposent des mesures différentes en ce qui concerne la politique de façon générale mais également le commerce sur Internet.

Quelles sont donc les attentes des e-commerçants concernant le prochain Président ? Quelles sont les craintes avouées par ces acteurs du monde du e-commerce quant aux candidats encore en lice ? Toutes les réponses à ces questions, et bien plus encore, dans les lignes et les paragraphes qui suivent.

Une enquête LSA / FEVAD pour répondre à cette problématique

A l’approche des élections présidentielles, une enquête a été rondement menée par LSA et la FEVAD auprès de tous les principaux dirigeants de sites Internet d’e-commerce. Des géants de l’Internet français en passant par les start-ups encore en route pour la voie du succès, de nombreux dirigeants ont été interrogés durant cette enquête.

L’objectif de cette enquête ? Identifier les craintes et les attentes de tous ces dirigeants quant au prochain Président de la République française. Impact des mesures à venir, conséquences des projets de réforme … Toutes ces thématiques ont été scrutées durant l’enquête pour obtenir les résultats qui suivent.

Avant d’entrer plus en détails sur les résultats obtenus par cette enquête, il est important de noter que c’est bel et bien la mesure concernant l’ouverture d’un guichet unique pour la TVA en Europe qui est perçue comme la mesure qui pourrait avoir l’impact le plus positif sur le développement de toute l’activité du e-commerce, et ce pour 41% des dirigeants interrogés.

Une mesure attendue, à l’image de celle concernant les restrictions de circulation automobile lors des phases de pic de pollution, dans une toute autre mesure évidemment. Pour revenir à l’ouverture du guichet unique de TVA dans toute l’Europe, il pourrait s’agir d’une évidence lorsque l’on sait que près de 70% des dirigeants interrogés lors de cette enquête exportent des produits grâce à leur entreprise de e-commerce. Passons désormais sur l’étude approfondie de cette enquête.

A LIRE  Quelles sont les principales activités sur internet des Français en 2016 ?

Les dirigeants du e-commerce : entre craintes et espoirs de développement

De toute évidence, les dirigeants du secteur du e-commerce sont partagés entre craintes et espoirs à l’approche des élections présidentielles, un scrutin qui s’avère on ne peut plus important pour le développement du pays. Crainte majeure partagée par bon nombre d’entrepreneurs du e-commerce : l’arrivée sur le marché français des sites Internet chinois.

Politique tarifaire agressive, conditions commerciales pas toujours en adéquation avec les règles en vigueur dans l’Hexagone … C’est depuis une enquête consommateurs CSA publiée en janvier dernier par la FEVAD que cette véritable crainte a été connue, une peur commerciale et économique qui concerne près d’un dirigeant du secteur du e-commerce sur deux.

A l’inverse, une crainte que l’on pensait partagée est loin de faire l’inquiétude de ces dirigeants. Cette crainte ? Celle concernant l’ouverture des points de vente physiques le dimanche. Une nouvelle règlementation qui ne tracasse en aucun cas des dirigeants du e-commerce dorénavant portés sur d’autres problématiques.

Des attentes spécifiques concernant le prochain Président

Concernant les attentes des dirigeants du e-commerce, les résultats de l’enquête sont, là encore, très intéressants. Pour le quinquennat à venir, 53% des dirigeants interrogés sont d’abord en attente d’une réelle stabilité règlementaire concernant leur profession et le développement du commerce sur Internet. Cette stabilité règlementaire va, visiblement, de pair avec un allègement de la fiscalité et de l’ensemble des charges sociales qui pèsent lourdement sur les épaules des entrepreneurs du Net (là encore, 53% des dirigeants attendent des réformes allant dans ce sens).

Ce besoin de stabilité des dirigeants peut évidemment se comprendre dès lors que l’on se penche quelques instants sur l’évolution de la législation en vigueur concernant le commerce sur Internet. Des initiatives qui se créent, se suppriment, parfois se télescopent … Dernier exemple en date, la loi « Macron » comprenant bon nombre de nouvelles règlementations sitôt modifiées voire remplacées quelques mois plus tard avec la loi « Lemaire ».

A LIRE  Participez aux Paris Retail Awards 2017 !

Des mesures phares attendues

La mise en place d’une politique incitative dans le domaine des investissements et de l’innovation numérique fait également partie intégrante des attentes des e-commerçants. 50% d’entre eux sont dans l’attente de telles réformes. La même proportion est également en faveur d’une amélioration de la concertation entre les différents acteurs de l’économie, entre les acteurs d’une économie moins connectée, moins portée sur le Net et les technologies, et les dirigeants du e-commerce, ceci pour développer l’économie française dans son ensemble.

A l’inverse, et alors que beaucoup de candidats à la présidentielle s’écharpent à ce sujet, les dirigeants du e-commerce n’ont cure de la création d’un Ministère spécifiquement dédié au numérique. Cette attente est même en dernière place du classement délivré par LSA et la FEVAD.


 

Les attentes des e-commerçants vis-à-vis du prochain Président sont très fortes! Pour les dirigeants du secteur du e-commerce comme pour tous les Français, ces élections présidentielles revêtent une importance toute particulière au vu des changements à venir et des réformes à venir.

Tous les candidats qui briguent la place à l’Elysée séduisent avec des programmes répondant le mieux possible aux attentes de chaque français. Des programmes qui sont scrutés, étudiés à la loupe pour repérer la moindre faille et identifier les corps de métier qui passeraient à la trappe. Nul doute que nous ne sommes pas au bout de nos surprises !