Ads & Display

Découvrez la publicité digitale de 2017 : le Native advertising

Julia Robillard

Chargée de projet éditorial web chez Powertrafic
Depuis toujours passionnée par l'écriture, je cherche à travers mon travail à identifier et à analyser les tendances du vaste univers qu'est le marketing.

A l’occasion du colloque annuel IAB France qui a eu lieu à Paris le 22 novembre dernier, des experts du digital ont échangé autour de la thématique du « Consumer First », développant en particulier la perception de la publicité digitale par les consommateurs, et l’augmentation conséquente de l’ad-blocking.

Des chiffres qui donnent matière à réfléchir le nombre d’utilisation des ads bloqueurs est passée à 36% sur le marché français en 2016. Les plus concernés ? Les 25-34 ans, cible pourtant privilégiée des annonceurs, qui utilisent à 45% les bloqueurs de publicité… Peut-être est-il temps pour les marques de revoir leurs standards et de remettre l’expérience utilisateur au centre de leurs préoccupations à l’aide du native advertising. Grâce à une diversification des formats et une qualité revisité, les marques cherchent à regagner le cœur des consommateurs avant qu’ils ne tournent définitivement le dos à la publicité digitale.

Une publicité digitale vouée à évoluer

Internet est un monde vaste, sur lesquels des annonceurs en tous genres postent chaque jour des annonces de tous types, plus ou moins pertinentes et surtout, plus ou moins intrusives. Sur chaque page ou presque se trouvent des espaces publicitaires, dans lesquels les marques s’invitent et perturbent parfois le parcours de lecture des internautes.

.

Rien que trois publicités qui prennent la moitié de la page et qui gênent la bonne lecture du contenu

Piégés dans ce vacarme visuel, les utilisateurs excédés par cette « attention forcée » en viennent à recourir à des bloqueurs de publicité, réduisant la publicité digitale au simple martelage de contenus invasifs qui les empêchent d’accéder à leurs informations, et compromettent largement ladite expérience client en laquelle les marques jurent pourtant

Les ad-blocks, à quel coût pour les marques ?

73% des internautes ayant recours à l’ad-blocking, l’ont fait à cause d’une publicité jugée trop ennuyeuse et intrusive… Autant d’utilisateurs qui pourraient pourtant constituer des clients potentiels, à condition de savoir communiquer de la bonne manière auprès d’eux.

Si 36% des internautes français utilisent des bloqueurs de publicité, cela signifie 36% d’audience qui se volatilisent et deviennent inaccessibles. A savoir qu’à l’échelle mondiale, cette perte représente un coût estimé à 41,48 milliards de dollars en 2016 (soit 20 milliards de plus qu’en 2015). Un coût qui double quasiment chaque année, remettant en question jusqu’à l’avenir des médias digitaux.

« L’expérience client doit être au centre de l’attention des marques »

A l’ère des consommateurs connectés, une expérience client est on en peut plus importante dans la croissance d’une entreprise, celle-ci devant adopter tous les usages de la stratégie digitale moderne. Il faut se rappeler que c’est le client qui détient le pouvoir, de tourner le dos aux marques, ou de leur accorder son attention. Le but des marques est alors de satisfaire sa curiosité, en lui proposant des publicités qui vont lui apporter une valeur supplémentaire et enrichir son expérience d’internet, grâce à des outils de ciblage et de personnalisation du message précis et toujours pertinents.

La publicité doit s’intégrer naturellement dans l’expérience en ligne pour créer de l’engagement

Selon une étude menée par l’Ifop, 73% des Français estiment que la publicité devrait être mieux intégrée aux contenus des sites. Le native advertising mise sur la subtilité, s’intégrant dans les résultats, les contenus ou les pages, via différents formats comme dans les flux sur les réseaux sociaux, ou les articles sponsorisés.

native-ad-3

(gif) Ici, Netflix intègre naturellement sa promotion pour la série Orange Is The New Black, dans un article du New York Times sur le système pénitencier

Les marques ayant acquis les fondamentaux de l’expérience client et du native advertising grâce à une perception améliorée des attentes de leurs consommateurs, en ont très vite saisi les bénéfices : augmentation de l’engagement général – taux de clic, partages, inscriptions, téléchargements… – associée à une approche plus qualitative de leurs produits.

 

air-france-4

 

Sur Twitter, l’annonce sponsorisée est clairement indiquée comme telle, mais se fond dans le défilement du flux, et répond de plus à des critères de ciblage bien établis

Une campagne de native advertising réussie est construite de manière réfléchie pour les internautes, qu’ils pourront consulter sur tout type d’appareil sans plus avoir envie de la bloquer. Elle s’inscrit naturellement dans son parcours, du fait de son ciblage et de sa forme adaptée à la page.

Le native advertising parle aux internautes et avantage les marques

Le native advertising privilégie les contenus de qualité, permettant ainsi aux marques d’émerger, et de gagner en visibilité et d’engager leur communauté sur la durée. Mais cette technique repose aussi sur un principe de transparence, car bien que les annonces se fondent dans la masse et collent aux attentes des clients, il ne faut en aucun cas chercher à les « duper », et mentionner clairement que le contenu est sponsorisé.

native-5

On retrouve des articles sponsorisés sur de nombreux sites, ceux-ci étant mentionné mais les marques proposant tout de même un contenu qui apporte de la valeur au lecteur

Un des objectifs de ce type de publicité est aussi de changer des affichages habituels, en variant les formats mais surtout en essayant de raconter une histoire à l’internaute (comme le podcast qui a fasciné les foules, créée par la marque GE Podcast, que je recommande vivement, juste pour l’intrigue !).

Les vidéos prenant une place de plus en plus grande dans la publicité d’aujourd’hui, bon nombre de marques jouent sur les émotions des consommateurs en proposant des animations divertissantes, et des publicités que les internautes ont véritablement envie de regarder. A l’instar de Microsoft, et de sa vidéo d’auto-parodie très humoristique :

Dans cette vidéo Microsoft utilise l’autodérision dans un publicité où le protagoniste principal semble être guérie de sa maladie visant à désinstaller compulsivement « internet explorer » de tous les ordinateurs qu’il croise. En fin de vidéo le lien http://www.thebrowseryoulovetohate.com littéralement le navigateur que vous aimez détester nous redirige vers le site d’internet explorer le navigateur de microsoft.

 

Le Native Advertising ouvre grand la porte des opportunités aux publicitaires, de par ses nombreux formats et pour être sûr d’en maîtriser les grands piliers, il faut garder en tête cette idée de transparence, et de clarté et d’originalité du message, en cherchant cependant toujours à moderniser ses techniques pour proposer une intégration quasi naturelle du message dans la navigation des utilisateurs.

Au-delà de la publicité, la marque doit en parallèle se construire une communauté grâce à une présence sur les réseaux sociaux, pour maintenir cette image qu’elle aura acquise via ses campagnes engageantes. Le développement du concept de native advertising représente autant d’opportunités que de défis à relever pour les marques… Une technique qui est d’ailleurs attendue en tête des investissements publicitaires d’ici 2020.

Découvrez nos articles sur le ads & display :

REJOIGNEZ LE CLUB
E-COMMERCE NATION
Rejoignez notre communauté de plus de 7.000 acteurs du e-commerce et recevez nos dernières actualités pour développer votre activité e-commerce, booster votre trafic et fidéliser vos clients.
Aucun spam ne vous sera envoyé.
Voir les commentaires ou donner son avis

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top