C’est beau le bleu. Tout le monde ne partage pas les mêmes idées et heureusement, c’est ce qui fait que nos sociétés mûrissent. L’importance de l’environnement est cependant de plus en plus d’actualité et heureusement. Et l’e-environnement représente, lui, une nouvelle alternative, aux problèmes environnementaux dans le digital.

Par où commencer ?  La désertification en Afrique subsaharienne, l’état de la Grande Barrière de corail le long des côtes australiennes, l’impact de l’agriculture intensive dans la réserve naturelle de Doñana en Andalousie, la fonte des glaces en Arctique et en Antarctique, la sécheresse dans les Andes, la désorganisation des cycles de vie de la faune et de la flore et la liste est encore longue. Les conséquences humaines et sociales sont énormes et sans précédents.

La nécessité d’adopter une démarche plus environnementale

Beaucoup de personnalités mondialement connues sont impliquées, diffusent et cherchent à responsabiliser les individus. Leonardo Dicaprio Foundation, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement avec Gisele Bündchen, GreenPeace avec Marion Cotillard, Bionic Yarn avec Pharell Williams comme DA, Water.org avec Matt Damon ou encore Fish Love avec Mélanie Laurent.

Leur impact est loin d’être négligeable et leur soutien est une opportunité. La prise de conscience est forte depuis les dernières années mais reste faible comparée aux désastres déjà très entamés.

Les entreprises s’impliquent aussi et de plus en plus. Leur système de production ou encore le soutien à des organisations non-gouvernementales (ONG), les manières de protéger la planète bleue sont nombreuses. Il y a là un double objectif : la réduction de leur impact sur l’environnement et l’amélioration de leur image. Deux intérêts très liés et auxquels aucune firme ne peut être insensible.

En outre, les consommateurs sont de plus en plus soucieux de voir un comportement écologique de la part de leurs entreprises favorites et auxquelles ils sont fidèles. Dans le cas contraire, certains réduisent leur consommation et d’autres cherchent une alternative. La responsabilité sociale des entreprises n’est pas à prendre à la légère, elle suppose des engagements et promet un communication positive vis-à-vis de tous les stakeholders (fournisseurs, clients, partenaires et la Société).

Qu’est-ce qu’une telle démarche peut apporter à mon activité?

Une firme dite “écologique” prend en compte les conséquences de ses actes sur l’environnement, planifie ses actions et ses stratégies aussi en fonction des enjeux environnementaux et cherche à réduire cet impact négatif. Beaucoup d’entreprises, notamment les TPE et PME, laissent entre parenthèse cet aspect mais il n’y a pas de “bon moment” pour y donner de l’importance.

Le e-commerce est une opportunité pour améliorer cet aspect de votre activité. Les moyens de communications virtuels n’impliquent plus autant de consommation de matières premières, évitent des déplacement nécessaires, etc. La logistique, dont le transport, est une clé du e-commerce et paraît évidemment nécessaire. Encore une fois, les formes d’agir sont multiples et s’adaptent aux capacités de tous. Une bonne nouvelle, soulignons-le, est que les bénéfices sont également multiples :

  • une amélioration de votre efficacité à moyen et long terme : certains  processus de production sont peu efficace en plus d’être nocifs pour la Société et l’environnement. Cette prise de distance obligée est une remise en question du fonctionnement de votre entreprise et donc une opportunité de se rendre compte de certains détails, certains manques qui pourraient être améliorés.
  • une amélioration de votre image de marque : insistons à ce propos, les consommateurs sont de plus en plus soucieux et regardants sur les pratiques d’entreprises. Ce n’est pas anodin si la firme américaine de fastfood au « M » jaune s’est mise au vert ou encore si la marque de Seattle à la sirène est si sensible à la bonne relation avec les mains qui travaillent les graines de cafés en amont.

En tant qu’entreprise, plongée dans le e-commerce ou non, il est impensable de ne pas s’impliquer et de mettre en place certaines mesures en réponses aux enjeux de l’e-environnement. Petits ou grands gestes pour la planète bleue, la taille n’a définitivement pas tant d’importance.

Quelque que soit notre secteur, notre activité et notre logo, pensons à réduire cette constante consommation d’énergies non renouvelables et communiquons à ce sujet, soyons-en fiers. C’est beau le bleu.

A LIRE  Ebook : Le guide e-commerce 2017 en 62 conseils d’experts