À l’heure où les plus grosses places de marché sont présentes dans le monde entier, les opportunités de développement à l’international s’intensifient pour les acheteurs et donc les e-commerçants.

Et l’e-commerce se démocratise chaque jour un peu plus, notamment en Europe, au sein duquel les échanges sont simplifiés grâce aux franchises douanières et à la proximité culturelle.

Plusieurs questionnements peuvent survenir avant de se lancer à l’international, notamment pour savoir si son produit rencontrera le même succès à l’extérieur des frontières nationales, ou encore de savoir quel sera le processus de livraison à l’export et quelle politique adopter quant aux retours de marchandises…

Ces questions sont importantes à se poser pour mettre en place l’organisation nécessaire à la conquête de nouveaux marchés internationaux. 

Les acheteurs crossborder : un fort potentiel en Europe !

[INFOGRAPHIE] e-commerce - Les acheteurs crossborder : un fort potentiel en Europe

La population européenne constitue aujourd’hui une base potentielle d’acheteurs conséquente. En 2018, l’Europe comptait déjà 811,7 millions d’habitants dont 331 millions d’e-acheteurs identifiés. Il reste une marge de progression importante.

En passant les barrières de l’international, les acteurs du commerce en ligne s’ouvrent de belles opportunités en termes de nouvelles clientèles et de nouveaux marchés prometteurs. 

Relever le défi de l’internationalisation devient une étape incontournable pour les e-commerçants en Europe, sachant qu’en 2017, le commerce digital européen a engendré un chiffre d’affaires total de 534 milliards d’euros. Avec une croissance de 11% sur l’année 2017, le e-commerce en Europe est principalement animé par l’Europe occidentale, qui est l’une des meilleures clientes.  

D’après Eurostat, plus de 40% des e-shoppers européens ont commandé à l’étranger l’année dernière, ce qui démontre donc qu’un e-consommateur sur deux va effectuer ses achats sur des e-shops étrangers sans aucun souci. 

Le montant des dépenses des consommateurs 

[INFOGRAPHIE] e-commerce - Le montant des dépenses des consommateurs

Le e-commerce se démocratisant particulièrement ces dernières années, on peut d’ores et déjà déceler les profils types des consommateurs selon leur âge ou leur sexe et le prix qu’ils ont l’habitude de mettre lors de leurs achats en ligne. 

Ce qu’il faut souligner, c’est qu’en moyenne, en Europe, ce sont les hommes qui achètent davantage sur internet que les femmes. Selon les pays, ces données changent, mais on observe toujours une plus grande tendance d’achats en ligne masculine que féminine.

L’un des traits qui ressortent également des statistiques est la tranche d’âges des consommateurs les plus actifs en termes d’achats digitaux. En effet, les statistiques démontrent que ce sont 71% des 25-54 ans qui achètent le plus fréquemment en ligne. On remarque donc que l’audience est particulièrement large, le e-commerce touchant autant un public jeune que plus âgé. 

Selon l’âge des consommateurs, la somme déboursée dans les achats en ligne varie également, oscillant entre 5€ à plus de 1 000€, dépendant du budget de chacun et du type de produits achetés sur internet. Les consommateurs n’hésitent donc pas à casser leur tirelire pour se faire livrer le produit qu’ils veulent. 

L’importance du suivi de livraison à l’international

[INFOGRAPHIE] e-commerce - L’importance du suivi de livraison cross border

La majorité des commandes en ligne est constituée de marchandises légères et de faibles valeurs.

Selon l’étude de l’IPC (International Post Corporation), en 2017, 84% des commandes de produits en ligne pesaient moins de 2 kg dont plus de la moitié pesaient moins de 500 grammes.

On note également une baisse de la valeur moyenne des marchandises expédiées, 60% des commandes n’ont pas excédé une valeur de 50 €.

Comme pour les livraisons de colis classiques il existe de nombreuses solutions de livraison pour vos commandes légères cross-border. Delivengo par exemple, vous permettra d’envoyer vos colis à l’international. Le plus, ils s’adaptent à votre fréquence d’envoi. 

Lors du suivi de livraison à l’international, les étapes primordiales de la livraison qui sont soulignées par les clients pour être particulièrement importantes et qui se doivent donc d’être communiquées au moment même sont :

  • Lorsque le colis a été posté par un vendeur étranger
  •  Lorsque le colis a quitté le pays du vendeur 
  • Lorsque le colis est retenu par les douanes 
  • Lorsque le colis est arrivé dans votre pays
  • Lorsque le colis sera livré aujourd’hui (date et heure précise) 
  • Lorsque le colis a été livré 

En effet, le consommateur final comme l’expéditeur doivent mettre un point d’honneur au suivi des colis car il est important de savoir où se trouve le colis lors de la livraison pour garantir un transport sans encombre et un acheminement correctement mené jusqu’au client final. 

Le statut de livraison : Les préférences en Europe

[INFOGRAPHIE] e-commerce - Le statut de livraison - Les préférences en Europe

Il est donc conseillé de proposer un suivi de livraison pour vos livraisons à l’international afin d’offrir de la visibilité à vos clients sur leurs commandes et ainsi les rassurer sur l’acheminement de leur colis.

Cela leur permet de pouvoir estimer à quel moment ils le recevront et apporte un niveau de confiance supplémentaire à la relation entre l’e-commerçant et son client.

Selon les pays, le statut et les modalités de livraisons délivrés par les e-commerçants peuvent varier, puisque chaque pays à un mode de fonctionnement bien propre, chacun a donc des préférences. 

En matière de statut de livraison, en Espagne ou en Slovénie, les clients se tournent plus facilement vers le statut de livraison disponible sur l’application du e-shop sur lequel ils ont effectué un achat, tandis qu’à Chypre, le consommateur préférera recevoir un SMS sur son téléphone portable qui indiquera où se trouve son colis. 

Focus sur les retours 

[INFOGRAPHIE] e-commerce - Focus sur les retours

Proposer le retour de la marchandises peut s’avérer nécessaire en fonction de la valeur de la marchandise expédiée, pour donner quelques chiffres, les retours représentent 41% des achats en ligne en Allemagne, 36% aux Pays-Bas ou encore 32% au Royaume-Uni. Le sud de L’Europe détient des taux plus bas, avec 18% en Espagne et seulement 13% en Italie, selon les données d’une étude sur le e-commerce en 2017 en Europe de Twenga.

La gestion des retours cross-border n’est donc pas négligeable mais doit être étudiée comme un coût supplémentaire qui n’est pas toujours gérable au regard du prix de vente de la marchandise.  

De nouveau, selon les pays, les préférences de retour de colis sont multiples. Par exemple, en Suisse et en Autriche, la préférence sera dans un bureau de poste alors qu’en Grèce et au Portugal, cela sera la prise en charge par un livreur sur le lieu de travail du consommateur.

Pour conclure 

Les envois cross-border représentent dorénavant une stratégie payante dans le développement du e-commerce. Les ecommerçants doivent aujourd’hui réussir à dompter les méandres de cette livraison internationale pour pouvoir tirer leur épingle du jeu face à une concurrence toujours plus féroce. 

Heureusement, aujourd’hui, la livraison cross-border est facilitée grâce à de nombreux outils proposés par les transporteurs spécialistes de l’international, permettant aux e-commerçants de travailler le plus efficacement et le plus sereinement possible. 

Delivengo easy : Pour en savoir plus

Pour aller plus loin

Retrouvez notre webinaire qui s’articule autour des stratégies à adopter quant au frais de port à l’international et animé par :

  • Christophe Auriault, directeur marketing & commercial chez Asendia France
  • Marion Billier, directrice chez Youdoit.fr