Rester à l’affût des tendances est une nécessité pour les e-commerçants. Dans ce secteur concurrentiel, savoir s’adapter aux besoins de la clientèle est essentiel. Ces dernières années, de nouvelles technologies ont fait leur apparition dans le domaine du paiement en ligne. Etroitement liés, la blockchain et le bitcoin sont de l’avis général les deux innovations majeures du commerce en ligne pour les prochaines années.

Les professionnels du e-commerce ont donc intérêt a en connaître les spécificités et les avantages, afin d’en tirer profit dans le cadre de leur activité. Pour cela, voici une présentation complète de leur fonctionnement, de leurs atouts ainsi que de leurs inconvénients à l’heure actuelle.

Le principe du bitcoin et de la blockchain

Parmi les monnaies virtuelles créées au cours de la dernière décennie, les bitcoins sont sans conteste les plus populaires à l’échelle mondiale. Mise au point en 2009 par un ou plusieurs programmeurs utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, cette crypto-monnaie a la particularité de s’échanger de personne à personne contre d’autres devises, sans passer par les réseaux bancaires classiques.

Elle peut être utilisée comme moyen de paiement sur certains sites de vente en ligne qui en acceptent l’usage. Sans cadre juridique à la différence des devises traditionnelles, cette monnaie virtuelle n’a ni cours légal, ni valeur régulée par une banque centrale. Sa création a été faite au moyen d’une technologique appelée « blockchain ». Il s’agit d’une « chaîne de blocs de données » que l’on peut comparer à un gigantesque registre virtuel, anonyme et public à la fois, qui réunit l’ensemble des transactions passées par les utilisateurs.

Cette technologie de stockage et de transmission de données a la particularité d’être sécurisée et dénuée d’organisme de contrôle. Elle permet ainsi de réaliser des transactions financières en ligne sans le moindre intermédiaire, une véritable révolution qui rend inutiles les banques et tous les sites tiers.

Les atouts en matière de e-commerce

Pour les e-commerçants, ces deux technologies représentent un véritable changement de paradigme. La perspective d’une économie en ligne au sein de laquelle tous les intermédiaires seraient supprimés, pour des échanges directs entre vendeurs et clients, a de quoi susciter l’intérêt de beaucoup. Les applications sont nombreuses et seules quelques-unes d’entre elles sont évoquées aujourd’hui, en raison de la relative jeunesse de cette technologie. Les sociétés travaillant dans les secteurs de la banque, des assurances et du commerce en ligne sont les premières susceptibles d’être impactées.

A LIRE  SEMrush: Avis et test complet

Le principal atout pour les entreprises spécialisées dans le e-commerce est de pouvoir proposer des transactions se passant d’intermédiaires, et donc de versements de commission à une plateforme quelconque, un organisme bancaire ou à Paypal. Pour les e-commerçants réalisant de nombreuses opérations depuis l’étranger, la suppression des frais de transaction pourrait entraîner une économie de 4 % sur leur chiffre d’affaires. Pour les vendeurs professionnels, c’est aussi un moyen de capter de nouveaux clients, en s’ouvrant au marché en plein développement des possesseurs de bitcoins, et d’internationaliser leurs ventes.

Les perspectives pour les boutiques en ligne

Si d’aventure cette monnaie virtuelle et la technologie qui s’y rapporte devaient se généraliser dans les années à venir, il serait possible d’envisager un changement radical dans le domaine du commerce en ligne. Des applications commerciales nouvelles seraient sans aucun doute proposées au public, avec pour point commun de rendre totalement obsolètes les plateformes percevant des commissions lors des transactions réalisées entre commerçants et clients.

Il est à noter que les frais en cas d’annulation de paiement seraient également abolis pour les e-commerçants. Les risques de fraude bancaire s’en trouveraient de même considérablement réduits. Un tel changement permettrait de mettre en place une « économie de partage » au sein de laquelle les établissements bancaires comme les plateformes collaboratives n’auraient plus leur place. Tous les secteurs incluant des intermédiaires prélevant des commissions s’en trouveraient bouleversés.

Les faiblesses de cette technologie

Bien que le bitcoin soit aujourd’hui la crypto-monnaie la plus utilisée à travers le monde (on estime sa capitalisation à près de 50 milliards d’euros), il n’est pas exempt de défauts pour les professionnels de la vente en ligne. Le grand public est encore peu familiarisé avec cette monnaie alternative, dont le fonctionnement tranche résolument avec les devises monétaires habituelles. Sa démocratisation demeure encore hypothétique et il est difficile d’évaluer l’importance qu’elle pourrait prendre dans les années à venir.

A LIRE  Réalité Virtuelle et Augmentée: la transformation du retail est en marche.

Le principal problème pour les vendeurs professionnels reste la volatilité des bitcoins. Leur cours, très instable, évolue de manière imprévisible. Le montant perçu sur une vente peut donc varier entre le moment de l’achat et celui de la réception du paiement, entraînant un manque à gagner. Les transactions sont également irréversibles : les remboursements ne sont pas possibles par ce biais. En outre, la technologie de la chaîne de blocs de données, inviolable en principe, peut être malgré tout ciblée par des hackers exploitant les failles d’applications l’utilisant. Il ne faut pas oublier enfin que ce système de paiement est encore perfectible, eu égard à sa faible durée d’existence (moins de dix ans).

La blockchain et le bitcoin sont deux innovations à ne pas négliger. Les e-commerçants ont un intérêt certain à s’ouvrir à l’usage des bitcoins. La quasi-absence de frais de transaction, la diminution des risques de fraude et l’ouverture à un tout nouveau marché sont autant d’avantages incontestables. Pour autant il ne faut pas perdre de vue que cette monnaie virtuelle possède un taux de change des plus instables et ne concerne pour l’instant qu’un public d’initiés.

Au cours des prochaines années, les potentialités que recèlent les transactions sans intermédiaires peuvent cependant prendre une importance considérable, raison pour laquelle il est intéressant de se familiariser avec cette technologie dès maintenant.