À l’issue de la crise, de nombreuses entreprises se sont lancées sur de nouveaux marchés et notamment  les e-commerces. Une fois bien établies sur le web, nombreuses sont celles qui désirent l’internationalisation de leurs commerces mais, encore faut-il savoir s’y prendre…

Afin de transformer votre boutique en ligne en un commerce international, deux choses fondamentales sont à prendre en compte. Premièrement, les “basiques” à connaître pour l’internationalisation d’une entreprise et ensuite, les besoins propres aux e-commerces dans le processus d’internationalisation.

L’internationalisation : ce qu’il faut savoir.

E-commerces ou boutiques physiques, différents facteurs sont à prendre en compte avant de vous lancer à la conquête du monde. L’internationalisation représente le même challenge pour toutes les entreprises qui doivent se préparer pour obtenir les meilleurs résultats.

Analyser son potentiel d’exportation.

Quels sont les points forts et les points faibles de vos produits ? Quels sont les éléments qui vous permettent de vous différencier des produits déjà présents sur le marché étranger ? De quelles ressources disposez-vous pour vous internationaliser ?

Connaître le marché.

Autant vous le dire tout de suite, il vous sera impossible d’englober tout le marché étranger… Il est primordial de recueillir un maximum d’informations sur les différents pays candidats. Analyser les goûts et les coutumes de chacun, les habitudes de consommation les plus communes et les tendances à venir. Il faut aussi connaître les normes et usages du marché : tous les produits ne peuvent pas se vendre dans tous les pays (comme par exemple le kinder surprise aux USA…) Il faut donc connaître le marché sous tous ses angles afin de bien faire son choix (voir aussi Comment choisir votre prochain marché à l’international ?).

Analyser la concurrence.

Les entreprises locales et étrangères contre qui vous aurez à lutter sont déterminantes dans votre décision : elles ne sont donc pas à négliger. Si le marché n’a pas de place pour votre entreprise, épargnez-vous les procédures et cherchez un pays dans lequel vous avez des possibilités réelles.

Adapter son offre au marché sélectionné.

Peu importe le marché sélectionné et le type d’entreprise à internationaliser : l’adaptation de l’offre est un étape immanquable si vous voulez réussir à l’étranger. Louis Pauwels disait

“Être, c‘est être différent, c’est n’avoir pas de sosie, pas même dans la glace”.

Dans le monde des entreprises, les similitudes entre les organisations ne sont pas vues d’un bon oeil. De plus, le public n’aura pas les même besoins et le même mode de vie en Afrique qu’en Chine. Vous devrez donc ajuster votre offre au marché tout en vous différenciant de vos concurrents.

A LIRE  Guide marketing d'influence : comment identifier les influenceurs sur les médias sociaux?

Définir une stratégie d’entrée.

Vous aurez différentes options au moment d’exporter votre commerce ou entreprise : l’exportation contrôlée, l’exportation sous traitée, l’exportation concertée… Il est indéniable que l’internalisation d’un e-commerce sur Internet est beaucoup plus commode que l’exportation d’une entreprise physique. C’est alors à vous de prendre les décisions les plus adaptées à votre type d’entreprise, à vos employés et à vous-même.

Prévoir les ressources nécessaires.

De combien avez-vous besoin et surtout de qui avez-vous besoin? Certaines internationalisations nécessitent une équipe entière alors que pour d’autres, une seule personne sera suffisante. Les ressources humaines qui s’occuperont du projet doivent obligatoirement parler la langue du pays d’accueil et il est toujours recommandé d’avoir un partenaire, collaborateur et expert local. Vous éviterez ainsi tout problème légal, ou de quiproquo culturel.

L’internationalisation d’un e-commerce.

En plus des “basiques” que tout entreprise doit appliquer pour l’internationalisation de son activité, les e-commerces doivent prendre en compte leurs spécificités. Pour optimiser l’internationalisation de son commerce en ligne, certains points sont à prendre en compte notamment par rapport au marketing digital :

Différents plans de marketing online pour différents pays.

Le secret du succès de ces e-commerces qui cartonnent dans de nombreux pays différents réside dans les stratégies de marketing online locale. Chaque pays à son propre plan de marketing : bases de données, blogs, campagnes display et SEO, réseaux sociaux… Tout doit être pensé pour un unique pays. Plus le plan de marketing sera personnalisé, plus les clients se sentiront proches du e-commerce et auront tendance à consommer.

Un domaine local pour une image locale.

Toujours dans l’optique de personnalisation de la page pour chaque pays, l’acquisition de différents domaines permet à votre e-commerce d’offrir une image locale, proche de son public. Le domaine local est aussi un très bon outil pour optimiser son positionnement sur les moteurs de recherches tels que Google.

Un contenu unique et personnalisé.

Quitte à avoir un domaine différent, pourquoi ne pas créer des contenus différents ? En personnalisant le contenu en fonction des caractéristiques et sujets d’actualité des différents pays, vous aurez plus de chance de susciter l’intérêt de votre public. Confiance et proximité seront alors au rendez-vous.

A LIRE  SEMrush: Avis et test complet

Qui dit image locale dit langue locale.

Une page avec le domaine .es écrite dans un mauvais espagnol vous incitera-t-elle à acheter ? Non ? Et bien vos clients non plus… La page, peu importe son domaine, doit toujours être parfaite, autant du point de vue de l’orthographe que du point de vue de la syntaxe. Si des traductions sont faites, assurez-vous qu’elles soient bien faites. Embauchez, s’il le faut, une agence de traduction professionnelle. Les mots sont votre seul outil pour convaincre sur votre e-commerce, alors prenez-en soin.

Passage en caisse adapté.

Tous les pays n’ont pas le même fonctionnement légal et monétaire. Il est donc primordial de prévoir des options valables pour tous les pays avec les différents détails relatifs aux pays (monnaie, taux de change, TVA…). Par exemple, Paypal n’est pas accessible depuis tous les pays ou encore, certaines cultures privilégient le paiement par virements bancaires…

Mesure et analyse des résultats par pays.

Une fois le e-commerce présent dans plusieurs pays grâce à l’adaptation de différentes stratégies, il est logique de mesurer désormais les résultats des pays différemment. S’en suit l’analyse de ces derniers et la prise de décisions concernant l’évolution des stratégies à prendre. Quel pays est le plus rentable ? Pourquoi ? Quelle page a le plus de visites ? Oú devriez-vous investir plus ? Moins ? Quels sont les points à améliorer sur le e-commerce? …

Conclusion

“Faire du commerce sans publicité, c’est comme faire de l’oeil à une femme dans l’obscurité. Vous savez ce que vous faites, mais personne d’autre ne le sait” – Steuart Britt.

Cette phrase résume en partie la conclusion de cet article. Appliquer tous ces conseils vous mènera sur le droit chemin certes, mais il reste tout un travail de promotion de votre e-commerce à faire afin d’attirer votre public pour qu’il découvre que votre commerce en ligne est fait pour eux !