Dans notre huitième et dernière interview effectuée sur la Paris Retail Week, nous avons rencontré Sébastien Collard, Directeur Général Délégué de la start-up Wynd, pour discuter de digitalisation du point de vente, et d’omnicanal.

ECN : Bonjour Sébastien, peux-tu te présenter ?

S.C : Bonjour, je suis Sébastien, Directeur Général Délégué de Wynd, que j’ai le plaisir d’accompagner depuis 3 ans. J’ai un background tourné vers la technologie, l’innovation et le consulting.

ECN : Les pratiques des consommateurs évoluent, et les retailers doivent s’adapter en conséquence. Selon toi, à quoi ressemblera le point de vente de demain ?

S.C : Il alliera le meilleur du digital avec le meilleur du physique. Le point de vente va garder un rôle prépondérant, mais il va intégrer la fluidité des parcours e-commerce avec beaucoup de digital à l’intérieur de ce point de vente.

Il devra éviter toutes les frustrations que l’on peut rencontrer en boutique physique : attente en caisse, produit non disponible… à l’aide de nouvelles technologies.

ECN : Quelles sont les nouvelles pratiques des consommateurs que vous avez identifiées, et comment y faire face en tant que retailer ?

S.C : Plus on va tendre vers la fluidité dont on parlait, plus il va y avoir de nouveaux usages, et plus y va y avoir de valeur pour le consommateur final. L’omnicanal doit apporter plus de praticité dans nos vies.

On entend aussi beaucoup parler de commerce unifié. Les consommateurs n’acceptent plus de ne pas avoir accès en boutique à un produit disponible sur le site web. Il faut avoir une connaissance du consommateur 360 et une vision 360 des stocks.

La dernière chose, c’est la personnalisation de l’offre. Les marques collectent beaucoup de datas et les consommateurs attendent que ces données soient utilisées de manière intelligente pour améliorer le parcours client et le service proposé.

ECN : En quoi Wynd permet aux retailers de s’adapter à ces problématiques, et comment fonctionne votre solution ?

S.C : Le retail est passé d’un système unicanal à un système omnicanal. Wynd y a contribué en étant la première solution à se positionner comme un acteur omnicanal. Cela proposant une solution omnicanale avec un système d’information central qui permet de gérer le commerce physique et la vente en ligne tout en centralisant les informations (stocks, produits, clients…) pour enrichir chacun de ces canaux.

Cela permet de mettre en place d’autres types de parcours client, comme le click and collect, la livraison express, le ship from store, le digital in store, qui répondent à des besoins concrets des retailers.

ECN : Quelle est la première étape pour digitaliser son point de vente et entrer dans une dimension omnicanale ?

S.C : Beaucoup des retailers ont avancé sur le sujet ces dernières années, mais la première étape selon moi c’est l’écoute des besoins des clients. La stratégie doit s’adapter à mon type de produit, mon type de clientèle. La deuxième chose, c’est d’avoir une vision sur le long-terme car c’est une transformation profonde qui nécessite d’adapter de son business model pour que celui-ci puisse évoluer au fil des besoins des consommateurs.

Il est important de se projet dans deux, trois, quatre ans, car tout va très vite dans le retail et l’expérience que l’on connaît aujourd’hui sera différente de celle de demain. Il faut donc avoir une stratégie évolutive.

ECN : Wynd est présent dans 18 pays. Y a-t-il des différences en matière de digitalisation du point de vente selon le pays et sa culture ?

S.C : La globalisation fait que l’on a aujourd’hui une standardisation de notre mode de vie et de nos pratiques de consommation. On nous demande souvent de répliquer des projets d’un pays à un autre.

Mais il y a malgré tout des différences très nettes. Les parcours de paiement varient beaucoup d’un pays à l’autre, la Chine est par exemple très avancée sur le paiement mobile. On a des parcours clients qui sont aussi typiquement français, comme le drive par exemple. Il donc important de s’adapter au niveau local aux attentes spécifiques des consommateurs.

Merci Sébastien, bonne fin de salon à toi et à Wynd !